AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Léo(poldine) Bates. { uc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Léopoldine Bates
NOUVEAU | Présentation à Faire.
avatar

Nombre de messages : 2
Citation : : « la connerie est la décontraction de l’intelligence. »
Date d'inscription : 11/04/2008

MessageSujet: Léo(poldine) Bates. { uc   Sam 12 Avr - 0:25

    « Le comble de la misère c'est l'absence de papier cul. »


    I. ÉTAT CIVIL.

    • NOM : Bates.
    • PRENOM(S) : Léopoldine, Marcelle.
    • SURNOM(S) : Léo, Dina.
    • ÂGE : Dix-sept ans.
    • DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 27 février 1991 à Canterbury (UK).
    • ANNEE SCOLAIRE : Septième année.
    • SEXE : Féminin.
    • ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle.
    • BAGUETTE : Bois de chévrefeuille ; elle contient un crin de licorne femelle. Elle mesure trente-centimètres, et est très souple.
    • SANG : Sang-mêlé.


    II. FICHE RP.

    Elle avait une bouteille de vodka à la main, ses cheveux blonds ondulaient gracieusement sur ses épaules frêles et blanches. Ses yeux bleus balayaient la rue, les passants qui s’arrêtaient pour l’écouter, jugeant sa dégaine de maladive mais se laissant facilement transporter par sa figure avenante, et sa voix rauque et grave. Un cendrier était posé à ses pieds, n’attendant que de se remplir d’argent, car c’est comme ça qu’elle vivait. Sur les notes de « L’hymne à l’Amour », elle séduisait tous les âges, attirait tous les regards, même celui de la vieille concierge aigrie, amenait les petits enfants qui s’asseyaient devant elle en lui souriant. La jeune fille porta la bouteille à ses lèvres rosées, et avala cul sec ce qui restait. Au goulot. Ce n’était pas seyant, certaines femmes froncèrent les sourcils, murmurant quelques impolitesses à leurs voisines sur cette mendigote. Les enfants hurlèrent de rire, lorsqu’elle vacilla sur ses ballerines usées, continuant toujours. Les hommes se rinçaient l’œil, pour le plupart. Elle était ivre. Mais sa voix n’en restait que plus belle. Adossé contre un mur, un jeune homme l’observait avec un vague sourire aux lèvres. Il portait un béret et une veste noire, les mains dans les poches de son jean à l’ancienne, clope au bec. Il observait la fille, suivant ses gestes avec son regard de braise. Dieu qu’il était beau, lui alors. Un Apollon parmi les humains. La chanteuse se stoppa, sa voix mourant sur les dernières notes d’Edith Piaf. Son « public » l’applaudit poliment, puis quelques pièces tombèrent à nouveau dans le cendrier. L’Apollon s’avança, contrairement aux autres qui se retournaient à leurs occupations, et enlaça doucement la jeune fille. Elle cala sa tête contre son épaule, après lui avoir embrasser le cou. Il caressait sa longue chevelure blonde, murmurant doucement à son oreille « je te ramène ». Elle tenait à peine sur ses jambes.

    Le soleil se couchait sur East End, le jeune couple avançait parmi les immeubles délabrés qui ornaient le quartier le plus défavorisé de la capitale anglaise. Tous les deux habitaient ici, justement. Ils avaient grandi ensembles, l’amour les ayant touchés respectivement à douze ans pour elle, et quatorze ans pour lui. Aujourd’hui, elle en avait quinze et faisait la manche tous les soirs et tous les matins, et lui en avait dix-sept, engagé dans le Marine. Le jeune homme frappa deux coups secs à une porte. Un vieil homme apparut dans l’entrebâillement, d’abord méfiant. Il posa son regard sur sa fille – car ils étaient chez elle – puis sur l’homme. Son expression blasée changea immédiatement, il agrippa le bras de son enfant, l’entraînant à l’intérieur en maugréant à l’autre, resté sur le palier « Tu lui fais faire n’importe quoi, sale con… » L’apostrophé resta de marbre, tourna les talons et regagna son propre appartement avec une pointe de dégoût pour le père de sa maîtresse. Dans la maison du vieillard, les cris s’amplifièrent soudainement. Il la frappait une fois de plus.

    « Encore et encore, une traînée ! Comme ta mère ! N’aie-tu pas capable de faire UNE chose de bien dans ta vie ?! Petite imbécile ! »
    « L’imbécile s’appelle Léopoldine ! Tu m’fais chier, toi aussi… Si j’suis une traînée, t’es qu’un connard complètement raté ! »


    VI. EXAMEN SCOLAIRE : BUSES.

    BUSES :

    • ASTRONOMIE : E. Léopoldine apprécie beaucoup cette matière. Elle observe les étoiles en été et connaissait déjà les constellations par coeur en première année.
    • ARITHMANIE : A. Sans plus. Elle n'est ni matheuse ni prophétesse dans l'âme. Cette matière l'attire du point de vue scientifique par rapport aux Moldus.
    • BOTANIQUE : P. Bates est totalement connectée avec la nature... sauf les plantes magiques.
    • DEFENSE CONTRE LES FORCES DU MAL : O. Branchée.
    • HISTOIRE DE LA MAGIE : E. L'histoire, encore de l'histoire. Léopoldine adore cela, même si c'est barbant.
    • METAMORPHOSE : E. Ca passe ou ça casse.
      MAGIE NOIRE, THEORIE : A. Pile ou face, pour les réponses.
    • MAGIE NOIRE, PRATIQUE : D. Plus nulle sans avoir le T redouté, tu meurs.
    • POTIONS : O. Qui a inventé cette fabuleuse matière ?
    • SOINS AUX CREATURES MAGIQUES : A. Comme-ci, comme-ça.
    • SORTILEGES : E. Appliquée.


    VII. VERITASERUM.

    • PRENOM : Maria.
    • ÂGE : Sixteen.
    • COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Partenaires.
    • COMMENT TROUVEZ-VOUS LE DESIGN DE CE FORUM ? J'adore <3
    • COMMENT TROUVEZ-VOUS L'INTRIGUE DE CE FORUM ? Vewy, vewy intéééressanté.
    • NOTEZ VOTRE PRESENCE SUR 7 : 3/7 pour le moment, mes fréquences ne seront pas stables durant les prochaines semaines.
    • EXEMPLE DE RP :
      Spoiler:
       
    • CODE DU REGLEMENT :
      Spoiler:
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Léo(poldine) Bates. { uc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rose L. Bates - Rends toi utile...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASPHODEL ROOT * :: { ACCUEIL } :: Once Upon a Time... :: La Cérémonie de Répartition.-
Sauter vers: