AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 new shoes. {pv}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jules Q. Kennedy
-7ème année à Serdaigle-
-7ème année à Serdaigle-
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 28/03/2008

Feuille de personnage
Date de Naissance, Age: 13 Janvier 1991, 17 ans.
Maison: Serdaigle.
RelationShip *:
MessageSujet: new shoes. {pv}   Dim 30 Mar - 21:20

*****Elle était loin, la scène, elle se laissait sentir pour s'enfuir lâchement. A perte de vue, on semblait s'y croire, mais c'est avec les yeux fermés qu'on pouvait se l'imaginer. Il n'y avait pas d'espoir dans cet endroit, puisque l'espoir réside dans la souffrance, et dans ce monde, la joie était à son hécatombe, tout le monde hurlait, chantait, criait, avec un sourire écarquillé jusqu'aux oreilles. Les rires se mêlaient à l'alcool et aux voluptés de fumés. On se sentait chavirer à droite, puis instantanément à gauche. Sous nos yeux se dressait la vie, la naissance et l'utopie. On pouvait voler et non marcher, la foule l'empêchait. Quelques coups de bienveillances n'étaient pas oubliés, et la main dans le caleçon était vite délaissée. On ne se lassait pas d'un tel rêve, mais lorsque la réalité reprenait le dessus, on se retrouvait sur une estrade miteuse avec pour seul public les habitués du dimanche. Il n'empêchait que ces deux centimètres de hauteur lui procuraient une joie intense, il ne saurait définir ce besoin qui l'octroyait sans arrêt, mais il le savait, il savait plus que tout autre chose que c'était ici qu'il avait sa place. Le Zenith pouvait l'attendre, il avait toute sa vie devant lui, tout ce qu'il souhaitait, c'était chanter, jouer, il ne demandait rien d'autre si ce n'est la paix. Son sourire, aussi développé que l'était l'urbanisation, s'agrandissait de minute en minute. Alors que les minutes défilaient, son cœur battait sans cesse, déchirant sa cage thoracique. Comme un poisson dans l'eau, il se dévoilait à nu, lâchant toute l'émotion qu'il avait. Ses doigts parcouraient sa guitare comme des puces sur un hypogriffes. Ses cheveux noirs se mêlaient à la sueur de son front, ses manches retroussés faisaient ressortir son côté démodé ; il s'en fichait, tout ce qu'il voulait, c'était chanter. Même si la présence de Mateo lui manquait, même si, après plus d'un mois d'absence, il n'avait pu enchainer les duos, il sentait sa passion le dévorer de l'intérieur. Il se croyait maitre, il se croyait dieu.

« Merci. »

Sa prestation finie, il dégagea la scène après les applaudissement et les baisés envolés. Un sourire toujours aussi ancré, il s'avançait vers le bar. Du haut de ses dix-sept ans, il était loin de pouvoir se commander un verre ; pas même de la bière. Mais vous savez, être un habitué, donner des concerts plus d'une fois par semaine était plutôt valorisant pour ce genre de cas. De plus, l'adolescent s'était déjà enchainé quelques verres juste avant de monter sur scène, pas qu'il voulait faire comme tous ses spectateurs, juste que, même dans des petites salles ou petits bars comme celui-ci, il ne pouvait s'empêcher d'avoir le trac. Imaginez une seule seconde qu'il se trompe, qu'il en perde l'envie et la motivation, si, par honte, il ne pouvait plus jouer. Jules est une personne très particulière qui n'a pas une totale confiance en lui (comme beaucoup, je le conçois), néanmoins il se doit d'être professionnel, et d'assurer. Assurer est le mot clé de la commercialisation, et il voulait être commercialisé.

« Hey Brad, tu m'envoies un verre de Vodka ? »
« Et puis quoi encore, en dix minutes t'as gagné un an ? »
« Of course ! Il est minuit pile, donc j'ai 18 ans. »
« ah ah, cette blague tu me la sors tous les soirs. Allez, prend un verre et hors de ma vue gamin. »
« Merci bieng ! »

Brad avait toujours été une personne agréable, bien qu'il soit parfois controlé par la police (en toute évidence) il laissait toujours son petit protégé s'amuser. Il est vrai que les anglais comme les américains, à chaque coup dur s'empressaient d'enchainer les verres (contrairement aux autres pays qui étaient beaucoup moins branché ainsi – mais un peu quand même). Ce n'était pas la souffrance qui le poussait à agir ainsi, il n'était pas du genre pessimiste, au contraire, c'était de l'expérience, il voulait découvrir chaque jour un monde qu'il n'avait que peu traversé. Il voulait pouvoir sentir son corps ne plus devenir sien. Il voulait se voir plus expressif qu'à son habitude. Etant une personne plutôt renfermée, ça y aidait beaucoup. Sans en avertir le patron (mais en laissant toujours la monnaie dans la caisse), l'étudiant s'enchaîna les verres, à un point où il voyait flou. Son visage se perdait dans les voluptés de fumés, et il pourrait même se croire dans cette salle de concert qui semblait si impénétrable. Alors qu'il entendait une voix semblable à celle de Lou Reed (et ce n'était pas n'importe quelle voix si vous voulez mon avis, lou reed c'est la classe, la classe à l'état pur), Jules se laissait porter, se laissait séduire par un rythme touchant. Il avalait tout ce qui passait sous son bras, vodka, get 27, wiskey, etc, etc. il se devait d'assurer, au moins un minimum, même s'il savait qu'à la fin de la soirée il se retrouvait entre deux poubelles pour jeter les 'restes'.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Lewis
-Ministre de la Magie-
avatar

Nombre de messages : 75
Age : 27
Citation : : Aimes-tu la vie ? Alors ne gaspille pas ton temps, car il est l'essence de la vie.
Humeur : : Hey Hey!
Date d'inscription : 28/03/2008

Feuille de personnage
Date de Naissance, Age: 26 mars 1970, 38 ans.
Maison: Serpentard
RelationShip *:
MessageSujet: Re: new shoes. {pv}   Lun 31 Mar - 15:30

    Mare du boulot. Mare d'être ici. Et mare d'être connu. La tranquillité, et l'oubli. Voilà se qu'il faut. Et Alexander partie à la recherche d'un endroit agréable à vivre, ou il pourrait oublier ses problèmes, et peut être même son boulot. Pas chez les sorciers, tous le monde le connais, et l'appelle «M. le Ministre». Il y a mieux pour oublier. Alors direction le grand monde, ou il n'est rien de plus qu'un habitant londonien. Un simple habitant à la recherche d'un pub. Après avoir marché une dizaine de minute sous le ciel étoilé, Alexander trouva tout de même l'endroit qu'il cherché. De la bonne musique sortait du bar, se qui l'obligea à ouvrir la porte. Un jeune homme s'éclater sur scène, et semblait l'homme le plus heureux du monde. Voir cette joie conforta Alexander, et il se mit alors en direction d'une chaise. Près du bar. De préférence.
    Le lieu était pleine de vie. Ici se mélangeaient femmes, hommes, anciens. Du dragueur au timide, du buveur au fan de musique. La musique était de qualité, on ne pouvait le nié.

    Alexander prit son deuxième verre quand le jeune homme s'arrêta de joué. Comme les autres il avait aimé, et donc il se mit a applaudir. Une autre personne venait de monté, un autre style, mais grandiose également. Alexander était seul depuis le début de la soirée, mais il s'en fiché. Il aimé bien être seul. Être en paix. Observer les gens. Au fond de la salle un groupe de jeunes taper du pied au rythme de la musique. Sûrement des habitués ne voulant pas louper une miette de leurs soirées. A coté d'eux, le dragueur de toute à l'heure. Veste en cuir, alcool à la main, et sourire malsain. Il s'approche de la fille. Elle lui sourit. Elle n'aurait pas du, il pense maintenant que c'est un appel. Il se met à lui parler, et à rire. Elle monte les yeux aux ciels. Il comprend, et part. Déjà il regarde une autre fille. Plus tard ils partiront ensemble, et il partira la matin venu.

    Une voix le réveille. Le jeune chanteur commande un verre près de lui. Il n'a pas dix huit ans. * Qu'elle talent pour un jeune homme*. Alexander l'envie un peu. Cette jeunesse, cette insouciance. Il aimerait revenir à cette époque. Même si lui l'avait plutôt passer à bosser ses cours non-stop. Il a de l'humour. Il ira loin ce petit. Sûrement en tout cas. A présent Alexander préféra le regarder lui, plutôt que d'observer la pièce.
    Il se mit à sourire en voyant le jeune homme boire verre sur verre. Même lui qui était là depuis plus de temps, enfin au comptoir, n'avait pas bu autant de verre. Le jeune homme semblait cependant tenir formidablement bien à l'alcool. Enfin... pas vraiment. Il se mit à bouger un peu bizarrement. A coté d'Alexander. Le jeune homme, voulant attraper son verre, glissa du siège et failli tomber.
    Alexander le rattrapa. Enfin, l'empêcha de tomber en servant de mur humain.

    - Vous allez bien jeune homme?

_________________

Qu'est-ce que ton baiser ? - Un lèchement de flamme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://angelus527.skyrock.com
Jules Q. Kennedy
-7ème année à Serdaigle-
-7ème année à Serdaigle-
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 28/03/2008

Feuille de personnage
Date de Naissance, Age: 13 Janvier 1991, 17 ans.
Maison: Serdaigle.
RelationShip *:
MessageSujet: Re: new shoes. {pv}   Jeu 3 Avr - 21:59



« mééééé, Brad, envoua moi un autre verreee. » Aucune réponse. « Braaaaaaaaaad, steuplaiiiiit, j'ai soiiif. » Toujours aucune réponse. « Braad, je vais mourir, il me faut à boireee, j'ai souaaf, tu veux pas avoir des problèmes pour non assitannnce à persoune en dangerrr, nannn ? » Néant. « Bannnn.. Puisque c'est ça je vais me servir moua mêmeee ! »

Ah ! Enfin, le barman semblait réagir. C'est lorsque Jules le vit, un verre en main, remplit jusqu'à ras bord d'un liquide incolore qu'il se tut ; – de la vodka ? – pensa-t-il sans réellement se soucier de ce qu'il y avait à l'intérieur. Lou Reed ne l'atteignait plus, il était dans un autre monde, un monde sans musique, mais où sa Melody continuait de chanter, encore et encore, sans pour autant qu'il trouve le moyen de la nommer, de citer ce passage douloureux de sa vie. Quelques regards, quelques idées perturbées par un difficile échange, un passé prestigieux et à la fois désarmant ainsi que quelque peu immaculé de sang. Une, voir deux secondes de répits, qu'il sentit son corps tout entier recouvert d'eau. Ses yeux, un instant fermés, se réouvrirent immédiatement, comme la lave qui surgit du volcan. Son regard, pourtant pas néfaste, affichait une petite animosité, fixant Brad le plus longtemps qu'il le pouvait, il ne put s'empêcher de rire de plus belle après avoir tenu un quart de minute, lâchant : « Ouais Brad, c'était drôle, j'avoue, mais envoie la vraie boisson, et autrement s'teuplait. » Etrangement, il semblait beaucoup plus sobre, peut-être qu'une bonne douche était le remède nécessaire des bonnes cuites ? Pas forcément puisque, dès qu'il eut enfoncé une nouvelle fois ses lèvres dans le liquide visqueux, il prit une nouvelle montée. De nouveau au wonderland, il se laissa aller de telle sorte que le monde extérieur n'existait plus. Un petit paradis terrestre, une utopie incontestable, avec lui, son verre, et sa Melody. Mais qui était-elle, qui était cette demoiselle actuelle ? Il n'arrivait à en dessiner les traits, le corps très mince, mais toujours aussi flouté ne l'avançait guère dans sa tâche. Melody n'était qu'une illusion, mais en plus du nom de sa guitare, Melody exprimait davantage pour lui. C'était l'étoile qu'il n'avait jamais atteinte, son amour pour elle grandissait chaque jour sans pour autant qu'il puisse l'identifier. Il la savait, là, prêt de lui, dans tous les instants, mais secrète.

Soudain, elle partait ! Sa Melody ! Elle s'envolait, il aurait aimé crier, hurler : « Revient ! » mais aucun son ne sortit de ses lèvres. Son sourire revint déçu, et lorsqu'il la regardait s'enfoncer au loin, il ressentait comme un pincement, comme si, depuis quelques temps, Melody s'était déjà enfuis. Malheureusement, Jules ne comprenait pas le message, son état des plus désarmants n'allait pas l'aider à une telle alternative ; lui courir après, sauter, ou bien rester assis. Mais que faire lorsque l'identité vous échappe ? Lorsque la peur de l'inconnu vous rattrape ? Lorsque, à chaque seconde, on sent son cœur devenir poussière ? Malgré tout, il ne voulait pas la voir partir, c'était bien trop difficile, il se devait de la pourchasser, de la suivre. Elle n'était jamais à lui, mais il l'aimait ainsi, elle partait chaque fois, mais se retrouvait pourtant dans ses bras. Sa Melody, il ne pourrait citer son nom, mais il ne pouvait se résoudre à la laisser partir. S'envolant, se laissant éprendre de par ses mœurs, il bondit, il voulait la rattraper, la pourchasser, il se devait d'accomplir cette mission qui lui était confiée. Semblable à un chimpanzé, il grimpa sur un solide qui semblait stable, et sauta, sauta le plus haut possible. Son état des plus lamentable ne fit que l'attarder, une chute des plus alarmante l'attendait, et alors que sa Melody disparaissait, il tendait le bras, sans faire attention ni à la table, ni aux chaises, et encore moins aux personnes qui l'entourait.

« Vous allez bien jeune homme ? »

Soudain, il sentit comme un choc au niveau de sa poitrine, mais c'était bien loin de ressembler au sol de marbre du pub qui était loin d'être aussi mou. Surprit, l'adolescent se releva (avec peine, je vous l'accorde), pour faire face au nouvel arrivant. Etrangement, sa tête ne lui était pas inconnue. Hm. Mais il n'était pas en état de réfléchir.

« NANNN. Ma Melody s'est échappée ! Je suis perdue sans elle ! Ma destinée, mon amouuuur. Vous imaginez, une seule seconde, que la seule personne à qui vous adressiez de l'importance soit haut ! Hauuuuuuuut dans le ciel ! Qu'elle s'envole, sans prévenir, se croyant maitresse de Quidditch ! » Quidditch quoi ? Zut, il ne semblait pas remarquer sa faute puisqu'il continuait. « Ses cheveux semblables au vif de par leur couleur or me semblent éternelllls. Mais son physique des plus alarmant me laisse au dépourvu ! Mais où es-tu ma muse ? Où es-tu ? »

Un vrai ivrogne, je vous l'accorde. Il continuait son récit insensé sans pour autant haussé le ton, seulement assez pour que l'inconnu (pas si inconnu que ça) puisse l'entendre. Il devait d'ailleurs le prendre pour un jeune fou. Sans même s'en rendre compte, il avait lancé quelques mots sorciers que les moldus étaient loin de connaître. Continuant son récit, il fut épris d'une illumination lorsqu'il croisa (pour une énième fois son regard).

« DOUX JESUS ! Braaaaaaaaaaaaad ! Je te présente le Ministre ! Si si ! Il est trèèèès important ! J't'assureeeee. Mon papa il l'aime bien, d'ailleurs c'est un sacré auror mon papa ! »
« Aurore ? Je me fiche que ton père soit un travesti Jules, mais arrête d'embêter ce pauvre homme qui est loin d'être ministre, et tu peux me croire, je suis excellent en politique. »
« Maiiiiiiiiiis, laisse moi t'expliquer un peu mieux, en fait ... »

Pff. Mais qui croirait un ivrogne, je vous le demande ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: new shoes. {pv}   

Revenir en haut Aller en bas
 
new shoes. {pv}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» """Pack Equipements Réels en course 3D"""
» Please Not On My Shoes Sasha [PV SASHAAAA ? *_*]
» Ballet shoes
» Survival game #1 — Kpop Boybands Edition
» Clothes and shoes, the perfect world ~ Feat Rebekab Mikealson et Caroline Forbes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASPHODEL ROOT * :: { LE MONDE MAGIQUE } :: Londres.-
Sauter vers: